Poems

Ode à Marie

Je vous salue Marie, Vous êtes la lumière
De ce monde pitoyable et rempli de misère.
Vous êtes notre phare qui éclaire nos routes,
Qui guide nos chemins, aucun de nous n’en doute.

Je vous salue Marie, malgré mon désespoir
De ne vous mériter car j’ai l’âme bien noire.
Mais Vous pardonnez tout, Vous qui êtes si bonne,
Votre présence est Amour, Vous êtes notre Madone.

French

Last Supper

The time has come for the fools “and you Judas
prisoner of darkness”
hand over the son
of the man; the law closed
to God’s breathing is but the sword of blind hatred,
and even more the source of bitter misunderstanding.

It’s time for the imperative of silence, no more
pain-soothing words, nor weakness
to put back my hour,
It’s time to glorify our Father
with all the blood shed in this terrible hour
when I am ready to bear witness for the Truth.

English

Annunciation (1)

Fiat your kingdom, Mother, woven
in God’s mind, first pain, then the inner space
shining in the kenosis of its debasement.
Then, in the home at Nazareth,
a chosen virgin amongst the mothers of Israel,

English

Parousie

Depuis l’aube d’un jour où jaillit la lumière,
Où s’est levée pour nous l’aurore du Salut,
Du désir de nos cœurs s’élève une prière :
« Conduis-nous jusqu’à Dieu ; oh ! viens, Seigneur Jésus ! »

Ces jours sont les derniers ; pourtant, dans notre attente,
Le temps est parfois long, et l’horizon obscur.
Si le Christ est caché, dans l’épreuve présente,
L’Espérance et la foi sont nos deux appuis sûrs.

French

Visitation

Marie déborde d’allégresse,
Et se hâte vers les hauteurs ;
Du divin élan qui la presse,
Son fils en elle en est l’auteur.

Te voilà, Marie, en présence
D’Elisabeth, qui t’a ouvert ;
A ton salut, voix de silence,
Frémit l’apôtre du désert.

Avant le jour de sa naissance,
Le précurseur entend la voix
Qui de Dieu porte la puissance,
Révélant celui qu’il ne voit.

French

Naissance du Christ

Si tu n’avais pas l’innocence comment
Te serait-il advenu ce qui à cet instant éclaire la nuit ?

Vois, le Dieu qui grondait sur les peuples
S’adoucit et par toi vient sur la terre.
Pouvais-tu te le représenter plus grand ?
Qu’est-ce que la grandeur ?

A travers toute l’immensité parcourue
Il suit sa juste destinée ;

French

Au pied de la croix

Sur le bois suspendu, Jésus, tu cries : « J’ai soif »
Et le monde te sert la boisson d’amertume,
Ne voyant en ton cœur la véritable soif :
C’est d’Amour que tu meurs, pour nous tu te consumes.

Face à tes ennemis, dans l’amour tu les juges :
Ils ne savent ce qu’ils font.
En tes bras étendus se déploie un refuge,
Un puits de grâce sans fond.

French

Enfance

Les cieux ont étendu un manteau de blancheur
Sur la terre aux couleurs de nos joies, de nos peines ;
Signe que nous aussi, nous préparons nos cœurs,
A l’Innocent qui vient, lumière souveraine.

Le Temple s’est ouvert à l’enfant présenté :
Le voici élevé, le fronton qui surplombe.
A son entrée le roi de gloire est escorté
De Marie, de Joseph, d’un couple de colombes.

French

Assomption

Marie, tu as veillé sur le Fils bien-aimé,
Jésus, enfant si vulnérable ;
Lui te mène au repos d’un amour enflammé
En Dieu, oh ! bonheur ineffable !

Jésus, Dieu parmi nous, parlait d’Éternité ;
Marie, tu gardais le silence.
Ce trésor en ton cœur, longuement médité,
De Dieu, murmurait la présence.

Cachée, tu demeuras aux côtés de ton fils
Meurtri, livré à la détresse ;
L’Esprit a consolé l’épreuve de jadis :
En Dieu, il n’est plus qu’allégresse.

French

Le Fils Bien-Aimé

Au-delà du Jourdain, en grande humilité,
Jean baptise Jésus, honneur qui lui incombe.
Les cieux ont répandu justice et vérité :
L’Esprit est descendu sous forme de colombe.

Le voici à Cana, où l’on n’a plus de vin :
Marie, tournée vers lui, l’exhorte, le conseille ;
Alors, tous ont goûté au breuvage divin,
La céleste boisson à nulle autre pareille.

French

Pages

Subscribe to Poems