Le grand spectacle de Pâques

Homélie pour la vigile pascale, 15 avril 2017 – Monastère de Chalais - (Mt 28,1-10)


Saviez-vous que saint Jean Paul II était allé à Hollywood ? Certes, pas pour faire du cinéma ; encore qu’il ait eu un réel talent d’acteur, après avoir fait du théâtre dans sa jeunesse. C’était il y a juste trente ans, en septembre 1987, lorsqu’il était en visite à Los Angeles. Pour l’occasion, on avait modifié le célèbre panneau publicitaire Hollywood (avec deux L, c’est-à-dire « Bois de houx », « La Houssaie ») en Holy Wood (avec un seul L, c’est-à-dire « Bois saint »). Allusion subtile au bois de la Croix, sur lequel fut suspendu le salut du monde ? Depuis lors, la société de consommation américaine a repris ses droits sur le panneau, tout est rentré dans l’ordre… de ce monde, gouverné par le dieu Argent.

Mais quel rapport entre Hollywood et la Pâque de Jésus ? Saint Matthieu ! Cette année, c’est lui notre guide. Or, ses évangiles – celui de la Passion et de la mise au tombeau, dimanche dernier ; et celui de la résurrection, cette nuit – ont des allures d’Hollywood. Saint Matthieu veut frapper les esprits par une mise en scène saisissante et des effets spéciaux. Ainsi, après la mort de Jésus (Mt 27,51-54), lui seul rapporte que la terre trembla et les rochers se fendirent. Que les tombeaux s’ouvrirent, et que les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent, et, sortant des tombeaux après la résurrection de Jésus, entrèrent dans la Ville sainte, et se montrèrent à un grand nombre de gens. Et qu’à la vue du tremblement de terre et de ces événements, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisis d’une grande crainte et dirent : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! » Étrange tremblement de terre, qui aboutit prématurément à la résurrection de nombreux défunts ; mais celle-ci ne prend effet qu’après celle de Jésus, premier-né d’une multitude de frères et de sœurs.

Le même Matthieu nous rapporte seul l’installation de gardes devant le tombeau de Jésus. Dans son entourage juif, il a dû entendre une histoire de ce genre : « Cet imposteur [Jésus] a dit : “Trois jours après [ma mort], je ressusciterai.” Alors, ses disciples pourraient venir voler son corps et dire au peuple : “Il est ressuscité d’entre les morts.” » Il raconte donc que les chefs juifs demandent à Pilate que le sépulcre soit surveillé jusqu’au troisième jour. Et Pilate leur déclara : « Vous avez une garde. Allez, organisez la surveillance comme vous l’entendez ! » Ils partirent donc et assurèrent la surveillance du sépulcre en mettant les scellés sur la pierre et en y plaçant la garde (Mt 27,62-67).

Au Musée de l’Arles antique sont conservés des objets ayant appartenu à saint Césaire, évêque d’Arles au vie siècle. (En ce moment, et jusque fin juin, ils sont prêtés aux musées du Vatican pour une exposition temporaire.) Parmi eux, il y a une boucle de ceinturon : un beau ceinturon de cuir, une splendide boucle carrée en ivoire sculpté, qui représente les deux gardes disposés devant le Saint-Sépulcre. Appuyés sur leur lance, ils dorment à poings fermés. Seule l’irruption de l’Ange du Seigneur les fera vaciller, en même temps que la terre, si l’on en croit saint Matthieu : Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. […] Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts. L’ange […] dit alors aux femmes : « Vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, il est ressuscité… ! »

Matthieu aime le grand spectacle, à la Hollywood. À moins que ce ne soit à la manière de la Bible. C’est ainsi qu’il annonce la Pâque de Jésus, sa mort et sa résurrection, à coups d’ébranlements cosmiques, comme fait le psaume pascal (Ps 114/113a) : Quand Israël sortit d’Égypte […], la mer a vu et s’est enfuie […] Tremble, terre, devant le Maître, devant la face du Dieu de Jacob ! Le Dieu de l’Exode qui a fendu la mer en deux parts fait donc trembler la terre à la mort de son Fils bien-aimé, comme à son réveil d’entre les morts. Même les gardes en ont la tremblote, et en deviennent comme morts ! Toute la création est alors renouvelée. Et les promesses de Dieu, rappelées par la longue liturgie de la parole, s’accomplissent dans le Ressuscité. Irruption fracassante de la nouveauté de Dieu en Jésus son Messie.

Sa Pâque fait-elle autant de bruit dans notre vie ? En sommes-nous retournés, bouleversés mais joyeux à l’extrême ? C’est la grâce que je vous souhaite en cette sainte nuit.

Resurrection
French