Méditer les mystères joyeux avec Pauline Jaricot

En 1826 Pauline Jaricot fonde le « Rosaire vivant » approuvé par le pape Grégoire XVI en 1832 ; avec elle, avec ses écrits, spécialement ses « circulaires pour le rosaire vivant » entrons dans cette prière vivante et vécue dont elle nous a laissé cette présentation : « Le rosaire, cette couronne de Marie nous rend réellement UN, quoique nous soyons plusieurs, comme une rose a plusieurs pétales, un rosier plusieurs roses, un jardin plusieurs rosiers. »

Annonciation

« Réjouis-toi ! Ne crains pas... le Seigneur est avec toi ! » (Lc 1,28.30).

Pauline « pauvre de Marie » aime la prière du rosaire si féconde : « Le Pater et l’Ave sont la manne de l’Église, manne venue du ciel… Quoique cette harpe vraiment divine n’ait que deux cordes principales, les sons qu’un cœur aimant et pieux en tirera se multiplieront et seront variés à l’infini. »

Visitation

« Y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? » (Gn 18,14).

En communion avec la louange de Marie, Pauline pratique le Rosaire qui est « un tribut de louanges, d’action de grâces, de prières qu’il faut rendre continuel pour qu’il soit en vérité le Psautier de la Vierge ». Pauline sait aussi par sa rumination de l’Évangile que le « service des malades est imputé comme rendu à Jésus lui-même. Dès lors [son] cœur ne peut trouver soulagement plus actif qu’en répandant sur les membres souffrants du Sauveur l’ardeur dont [son] cœur est dévoré ».


Nativité

« Aujourd’hui vous est né un sauveur ! » (Lc 2,10).

Unie au chœur des anges, Pauline continue à prier le rosaire qui est « un concert continuel, de sorte qu’une voix cessant, une autre reprenne aussitôt » ; tout le monde peut entrer dans la prière mariale car « afin que ce tribut de louange soit le partage de toute âme de bonne volonté, on a réduit chaque partie du concert à la plus facile exécution. Le salut de l’univers est dans la connaissance des mystères de la vie, de la mort d’un Dieu fait homme ».


Présentation

« ... un glaive transpercera ton cœur » (Lc 2,35).

Au jour de la Présentation Syméon rempli de l’Esprit a préparé notre dévotion aux cœurs de Jésus et de Marie. Dans ce même Esprit Pauline écrivait : « L’essence du Rosaire est d’appliquer notre esprit à la méditation de la vie de Jésus et de Marie, et par suite d’unir notre cœur par l’amour aux dispositions admirables de leurs sacrés cœurs. »


Recouvrement

« Jésus descendit avec eux à Nazareth et il leur était soumis » (Lc 2,51).

Pauline contemple Jésus ouvrier chez Joseph ; elle prie pour mettre en œuvre une « usine évangélique » : « Il faudrait rendre à l’ouvrier sa dignité d’homme en l’arrachant à l’esclavage d’un travail sans relâche, sa dignité de père en lui faisant goûter les douceurs de la vie familiale, sa dignité de chrétien en lui procurant les joies du foyer domestique, les consolations et les espérances de la religion. »

 

Dans un même esprit : Les Mystères Lumineux, Les Mystères Douloureux et Les Mystères Glorieux

Vous avez aimé cette méditation ?
Vous pouvez vous abonner à la Revue du Rosaire !

 

Joyful Mysteries
French