La chaise du prochain

La chaise : un élément banal de notre vie ! Il y a même un jeu qui consiste pour un groupe à tourner autour de plusieurs chaises avant de s’asseoir dessus au signal donné… et à chaque tour on enlève une chaise qui provoque l’exclusion d’un des joueurs. Mais dans nos Équipes du Rosaire cette chaise n’est jamais en moins, elle est toujours en plus. Signe que nous ne voulons pas exclure mais inclure !

La parabole du Bon Samaritain dit que le prochain est “Celui-là qui a exercé la miséricorde”. Donc notre “chaise du prochain” a quelque chose à voir avec un acte de miséricorde envers quelqu’un qui n’est pas là !

Une chaise vide ?

Ce vide n’est pas un simple vide. C’est un vide symbolique qui manifeste une présence/absence. C’est une chaise préparée dans l’attente de quelqu’un qui n’est pas là mais qui pourrait, qui pourra être là un jour.

Une chaise pour ouvrir le cercle !

Vous savez, le cercle c’est bien, c’est sympa, c’est fraternel. Mais le cercle peut être un piège car il risque d’enfermer. Quel problème alors pour celui qui voudrait rejoindre le groupe et trouver une place : par quel bout prendre le cercle qui par définition n’a pas de bout. Comment alors entrer dans le cercle ? La chaise du prochain marque la brèche, la porte par laquelle il est possible d’entrer dans le groupe.

Une chaise pour s’ouvrir à l’inattendu

L’Équipe que nous formons ne peut se contenter du souhait si répandu du “vouloir rester entre nous”. Pour nous rappeler que notre Équipe doit au contraire avoir le souci de s’ouvrir, d’accueillir de nouveaux membres, de se renouveler, de s’agrandir tellement que, bientôt, à partir d’une Équipe naîtra une nouvelle Équipe. Cette chaise est peut-être alors l’espace laissé à l’Esprit pour nous rappeler que le vrai disciple de Jésus ne peut se contenter du plaisir d’être bien ensemble mais qu’il doit être ouvert à “Celui qui fait toute chose nouvelle”.

Une chaise pour faire naître de nouveaux disciples

Une Équipe du Rosaire n’a pas pour vocation en effet de toujours rester la même, de traverser les années composée des mêmes membres. Car alors, et nous le constatons malheureusement au cours des visites dans certains diocèses, cette Équipe se condamne elle-même à mort. Une Équipe du Rosaire doit être un corps vivant qui se transforme et qui se renouvelle sans cesse sous l’action docile de la grâce à l’image de l’Église, Peuple de Dieu, Corps du Christ et Temple de l’Esprit.

Si nous avons vraiment conscience d’être une petite cellule d’Église, d’être disciple du Christ, nous ne pouvons qu’avoir ce désir d’être porteur de vie, d’avoir notre porte ouverte et une chaise préparée pour accueillir celui ou celle qui sera attirée par ce qui se passe pendant notre rencontre.

Cette “chaise du prochain” est donc là pour nous rappeler sans cesse que notre mouvement, que chacune de nos Équipes est missionnaire. Non seulement le Christ s’invite dans nos maisons lorsque nous sommes réunis pour la prière mais il veut profiter de notre hospitalité pour offrir une chaise à une personne inconnue qui a tellement besoin de s’asseoir, de prendre du temps pour le rencontrer. Notre salon, notre salle à manger, notre cuisine deviennent alors le lieu où le Christ invite ses amis. Et dire que certains ne veulent même pas recevoir chez eux – mais ça c’est une autre histoire ! Quelle belle vocation pourtant que la nôtre ! C’est pour cela que le Père Eyquem disait que “les Équipes du Rosaire sont évidemment un mouvement missionnaire” (CN 1986). Alors, de tout notre cœur, préparons cette chaise du prochain et offrons là à quelqu’un autour de nous qui a besoin de la miséricorde du Seigneur.

Le site des Équipes du Rosaire

253_edr_national
French