Tu veux monter avec le Christ ? Descends avec lui.

« N’as-tu jamais senti que ta vie était à l’étroit, qu’elle n’était pas satisfaisante, que tu ne trouves pas ton épanouissement ? Tu cours après le bonheur. Tu le cherches dans tes amitiés et dans l’amour, dans ce que tu possèdes, dans tes loisirs, dans les soirées, etc. et bien souvent, ce que tu expérimentes plutôt que le bonheur, c’est un sentiment de vide. Ce sentiment qui te prend quand tu te rends compte du vide dans ta vie, de tout ce qui est bancal dans ta vie. Tu connais cela ? Alors viens ! Accours toi-aussi au Jourdain. On dit qu’il y a là un certain Jean qui plonge les hommes dans l’eau pour les laver, pour les purifier de ce qui n’est pas bon dans leur vie.

Il accompagne le mouvement des hommes qui désirent changer de vie. Il accompagne le mouvement de ceux qui désirent prendre un nouveau départ, qui désirent un monde nouveau. Viens, allons le voir nous aussi ! »

Voilà ce qu’on se dit en Judée, en Galilée, dans les villes et dans les campagnes en ce début de premier siècle de notre ère. Et tout le monde va voir Jean et se faire baptiser par lui.

Tout le monde y va car Jean-Baptiste répond au désir d’une vie meilleure par un baptême de conversion et de repentir. C’est beau et tu as raison d’admirer cela. C’est beau, mais c’est désespéré. C’est désespéré car la distance entre l’homme et Dieu est infinie et l’homme a beau faire tous les efforts qu’il veut pour aller vers Dieu, il ne l’atteint jamais. Depuis le péché d’Adam, les Cieux sont fermés. L’homme a beau escalader, le Ciel est toujours aussi loin au-dessus de lui.

Mais aujourd’hui les choses sont différentes. Aujourd’hui, un homme s’avance dans la file avec les pécheurs et cet homme est Dieu. Tu cherches Dieu en haut, dans ce qui est merveilleux ; tu attends un signe grandiose et voilà qu’il est là, à ton niveau. Le sublime est caché au milieu de nous. Lui qui n’est pas pécheur, il se met à la file avec les pécheurs. En faisant cela, il se rend solidaire des pécheurs. Il rejoint l’homme dans son chemin de conversion. Puisque les efforts de l’homme pour rejoindre Dieu sont trop faibles, il vient habiter ces efforts et il les transforme, il leur donne de sa puissance pour qu’ils atteignent leur objectif.

Et comment fait-il cela ? En descendant dans l’eau. Il se laisse recouvrir par l’eau comme un noyé. Il entre dans une mort. Dans son baptême, Jésus anticipe sa mort. Son corps est recouvert par les eaux comme plus tard son corps sera recouvert par la pierre du tombeau. Au fond du Jourdain, il est comme mort. Et c’est alors qu’il ressort. C’est une anticipation de la résurrection. Et là, les Cieux s’ouvrent au-dessus de lui.

Toi aussi tu veux que le Ciel s’ouvre pour toi ? Toi aussi tu veux remonter avec le Christ ? Alors descends ! Descends avec lui pour remonter avec lui ! Suis le Christ dans sa mort pour le suivre dans sa résurrection !

- Et comment je fais ? C’est quoi descendre avec le Christ ? De quelle mort s’agit-il ?

Descendre avec le Christ, c’est vivre son baptême. Le baptême c’est une question de vie, de mort et de résurrection. Souviens-toi du rituel du baptême. Ça commence par des questions : le prêtre demande si tu renonces à Satan et à tout ce qui est péché. Là, si tu acceptes, tu meurs. Tu fais mourir le péché en toi. Tu fais mourir ton égoïsme, mourir ta vie repliée sur toi. Alors, tu peux te tourner vers Dieu. Tu détermines une nouvelle direction de ta vie. Tu ne cherches plus à te donner ta propre vie, mais tu reçois celle que Dieu te donne. Tu es plongé dans l’eau et en en ressortant, les Cieux sont ouverts et tu as reçu une vie nouvelle. C’est Dieu qui vit en toi, Dieu qui agit en toi.

Quel que soit l’âge où tu as été baptisé, au baptême c’est cette vie-là que tu as reçu. Mais tu ne l’as reçue qu’en germe et cette vie demande à grandir. Ce baptême, tu l’as reçu une fois pour toute et tu ne le recevras pas une seconde fois. Mais, comme pour le mariage, tu dois chaque jour vivre ce que tu as reçu, le mettre en pratique, le faire grandir. Et pour cela, il n’y a qu’une solution, c’est de recommencer le même mouvement. Chaque jour il s’agit de mourir au péché et de recevoir la vie de Dieu, de la laisser agir dans ta vie.

Ce mouvement, cette façon de vivre ta vie, porte un nom, c’est l’obéissance. Et l’obéissance, c’est la caractéristique du Fils. Jésus le Fils de Dieu obéit au Père. Il veut ce que le Père veut. Si toi aussi tu veux être un fils, si toi aussi tu veux que le Ciel s’ouvre au-dessus de toi et que la Père dise : « celui-ci est mon fils (ou ma fille) en qui se trouve tout mon amour », il n’y a qu’une chose à faire : cherche la volonté de Dieu et fais-la. Ce sera un genre de mort à ta vie autocentrée. Une petite mort qui débouchera sur la grande résurrection de ton ouverture à Dieu. Alors tu feras la joie de Dieu et sa joie sera ta joie.

L'auteur de cette homélie

The Baptism of Christ
French