Dieu avant la pénitence


Jean prêchait la conversion et baptisait dans le Jourdain. « Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui, et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.» (Mt 3, 5-6)

Quand Jésus arrive, il semble logique que le rôle de Jean soit fini. En effet, n'est-ce pas à Jésus d'inviter Jean à faire pénitence… plutôt que l’inverse ? Or, Jésus arrête Jean qui veut faire ainsi, et lui dit : « laisse faire ». Laisse-moi faire quoi ? La pénitence ? Oui, la pénitence aussi mais surtout : fais ce que je te dis afin que la justice s’accomplisse parfaitement.

Jésus est baptisé, les cieux s’ouvrent, l’Esprit descend sur Jésus et la voix du Père révèle à la fois le Père et le Fils. Le premier effet du Baptême de Jésus, c’est la manifestation divine. Avant la guérison des malades, avant la victoire sur l’esprit du mal, Dieu bon, Dieu trine, Dieu Père, Fils et Saint Esprit se manifeste. Avec le baptême de Jésus, nous sommes vraiment dans la Révélation au sens plein du terme : la Révélation de ce Dieu caché depuis la fin de l'Eden, et la première Révélation de Dieu comme Trinité depuis la création du monde !

Une fois, à la fête d’ordination d’un frère carme, ses amis plaisantaient gentiment son Ordre avec un sketch dont le refrain était : « c’est un beau et grand mystère ! » Ici de même, voilà tout ce qu’on peut dire : "c’est beau, et c’est un grand mystère de salut qui commence, ou plutôt qui démarre sur les chapeaux de roue".

Pour suivre ce mouvement, revenons à Jean Baptiste, avec son souci de la pénitence, de la purification, de la conversion, de la préparation à la venue de Messie. Au Jourdain, le Christ lui montre que la justice divine est au delà de la pénitence. Sans action de Dieu, qui seul sait ce qui est juste et nécessaire pour notre salut, la pénitence humaine serait impuissante. C’est pourquoi, nous avons aujourd’hui commencé par l’aspersion au lieu de faire seulement un acte pénitentiel comme d’habitude au début de la messe. Mais nous ne nous arrêtons pas là ! Nous avons tous, j’en suis sûr, un authentique désir du renouveau. D’un renouveau spirituel de notre continent, de notre pays, de notre ville, de notre communauté, de notre famille, de notre personne. Chacun de nous essaie de trouver où est le problème. J’essaie d’être sincère, humble et courageux, j’essaie de me convertir.

Tout cela est beau mais ne servirait à rien, si Dieu ne venait pas d’abord. Chaque véritable renouveau vient d’abord de Dieu. Lui seul a la force rénovatrice, en Lui se trouve le salut. Il sait se manifester quand Il veut. Donc imitons Jean le Baptiste : laissons faire Dieu, pour que sa justice et sa paix s’embrassent et qu'ainsi son Règne vienne.
Amen !

Category:
French