La foi par les pieds

Sa vie publique, Jésus l'a consacrée à marcher sur les routes, et à préparer ses disciples pour annoncer l'Evangile.
Pensons à ceux d’Emmaüs… Fuyant Jérusalem, ils sont tout refroidis. Lorsqu'ils y remontent, ils sentent leur cœur brûler.
N’étaient-ce point pourtant les mêmes hommes et la même route ? Certes, mais les fuyards étaient devenus des missionnaires.

Le disciple marche derrière Jésus, et le suit partout où il va. L’apôtre marche devant Jésus, et le précède partout où il doit aller. Celui-ci naît de celui-là par la seule grâce de Jésus : comme Tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés.
L’apôtre, c’est donc le disciple abouti, adulte dans la foi et l’espérance, prêt à achever en sa chair la mission même de son Seigneur.
Apôtre, c'est la vocation que tout chrétien reçoit au jour de sa confirmation.

Vocation exaltante mais un peu effrayante... Il n'est pas facile d'être envoyé, car il faudra affronter les menaces du monde, et aussi sa propre médiocrité… C'est pourtant ainsi, à travers notre faiblesse, que se manifestera la puissance du Christ.
L'apôtre c’est donc le disciple qui accepte de jouer sa vie sur la certitude que Jésus l’envoie et agit en lui : Va, ma grâce te suffit !
Pour le redécouvrir, rien de tel qu'un bon pèlerinage : le disciple en revient apôtre.

P. Gilles-Marie Marty , directeur du Rosaire (Toulouse)

L'éditorial des mois de juillet-août

Category:
French