L’Esprit Saint, Marie et l’Église

“Le jour de la Pentecôte, ils se trouvaient tous ensemble en un même lieu…”

El Greco • Pentecôte (1596-1600) • Musée du Prado, Madrid

Beaucoup savent que Pentecôte signifie “cinquante” parce que cette fête est célébrée 50 jours après Pâques. Mais pourquoi “50” ? Et bien, 50 c’est 7 x 7 + 1… Le chiffre 7 étant le chiffre biblique de la plénitude (le 7e jour Dieu paracheva son œuvre de Création et il se reposa), le “50” de la Pentecôte exprime “la plénitude multipliée par la plénitude, plus un”… à savoir la plénitude de la Création multipliée par la plénitude de la Rédemption couronnées par l’unique amour du Père et du Fils qui est l’Esprit-Saint donné à l’Église.

La Pentecôte apparaît ainsi comme une super-démultiplication des dons divins pour que naisse l’Église. Sur la représentation qu’en donne Le Greco, la colombe de l’Esprit Saint semble recouvrir et envelopper l’assemblée des premiers croyants réunis avec la Vierge Marie. C’est comme si l’Esprit Saint qui à l’Annonciation avait couvert Marie de son ombre, maintenant fécondait l’assemblée des croyants. Véritablement l’Esprit façonne l’Église, tout comme il avait préparé le cœur de la vierge de Nazareth pour accueillir l’Emmanuel.

En cette année du Jubilé du Concile Vatican II, comment ne rendrons-nous pas grâce pour l’Église et la Vierge Marie ? Car si le Saint-Esprit, selon la constitution conciliaire Lumen Gentium, est comme l’âme de l’Église, la Vierge Marie en est comme le cœur – “la figure et les prémices” selon le Concile.

Avec Marie soyons d’Église : prions et accueillons l’Esprit qui fait de nous son Temple !


P. Nicolas-Jean Porret
, directeur adjoint du Rosaire (Bordeaux)


L'éditorial du mois de juin

251_apostolat
French