Rose de Toulouse


Dans le jardin du couvent Saint-Thomas d’Aquin de Toulouse
Le 11 juillet 2009


Les cartes pour la Promotion Générale du Rosaire ont été distribuées par dizaines de milliers. Elles présentent, au recto, une photographie prise par le frère Louis-Marie Ariño-Durand, o.p., et peuvent être utilisées comme une prédication simple et évocatrice. Qu’elles soient grandes ou petites, elles ont toutes le même verso : on y trouve, dans les trois langues officielles de l’Ordre dominicain, le slogan du site, "Priez, prêchez, vivez... le Rosaire !"


Une rose ! La reine des fleurs pour la Reine du Ciel ! Une fleur qui va d’ailleurs donner son nom au Rosaire.

Celle qui a servi de modèle à cette carte a été prise au petit matin, alors qu’elle était encore baignée de rosée.



Cette rose n’est certes pas parfaite, mais elle est belle.
Elle est belle parce qu’elle est, tout simplement. Non parce qu’elle pense, dit ou fait… mais parce qu’elle est.

Il en de même avec ma vie ou bien ma prière. Elle n’est pas parfaite, certes, mais elle est belle. Non parce que je pense, dis ou fais… mais parce que je suis… à l’image de Dieu ! Si j’attends que ma vie soit parfaite pour vivre pleinement, si j’attends que ma prière soit parfaite pour prier… alors je ne ferai jamais rien et ne me mettrai jamais à prier !

La rose, reine des fleurs, est le cadeau que fait le bien-aimé à sa bien-aimée. Un frère de ma Province, lorsqu’il enseigne à dire le rosaire à des enfants, compare chaque Ave Maria à une rose offerte à Notre-Dame. Notre prière devient un bouquet qui ne peut que lui plaire !


Cette rose, couverte de rosée nous donne une impression de fraîcheur, de candeur presque. C’est ainsi que doit être notre vie, et notre vie religieuse de surcroît : toujours fraîche ! Il n’y a rien de pire qu’un jeune de 20 ans… qui est déjà vieux ! Et nombre de nos aînés, dont le corps souffre du passage des années, sont tout sauf vieux… leur cœur est si jeune !

Dans la prière du rosaire, répétitive par nature, c’est la Parole, toujours fraîche et nouvelle, qui vient faire sa demeure en nous. Apprenons à l’accueillir dans un cœur renouvelé !


Enfin, cette rose est comme toute vie, éphémère. Elle dégage un parfum subtil, comme notre vie doit répandre la bonne odeur du Christ.

Certes, pour s’en approcher, il faudra bien affronter quelques épines… mais quelle joie de contempler la beauté gratuite de cette fleur !


Qu’attendons-nous pour offrir nos plus belles roses à Notre-Dame ?


Fr. Louis-Marie ARIÑO-DURAND, o.p.
Promoteur Général du Rosaire

Category:
Français