Les mystères lumineux pour le Jubilé de l’Ordre des Prêcheurs

Le Baptême

« Des cieux, une voix disait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie." » (Mt 3,17)

« L’Esprit Saint retient Jean Baptiste dans le désert pour qu’il ne connaisse pas le Christ et ne le voie pas, en vue de l’importance de l’importance du témoignage qu’il doit lui rendre par la suite : qu’il ne l’avait jamais vu jusqu’à ce qu’il l’ait vu au Jourdain... C’est là que la voix du Père se fit entendre, le proclamant son Fils. C’est là que l’Esprit Saint l’ornait de tant de vertus : l’humilité, la mansuétude et les autres, afin qu’il sortît du désert transformé en sel pour préserver les hommes de la corruption, en lumière pour éclairer les aveugles, en ville fortifiée, refuge des hommes saints et vertueux. » (Saint Louis Bertrand, 1526-1581)

« Le baptême inaugure la vie publique de Jésus, révèle sa nature, son rôle divin, toute sa destinée et la force qui va la conduire. Les adversaires de l'intervention personnelle de Dieu n'en pénètreront jamais le sens profond; l'histoire évangélique restera pour eux un livre fermé. Désormais, Jésus n'est plus le charpentier de Galilée; le voile qui le dérobait à la multitude se déchire: il apparaît ce qu'il est, le Christ, le Fils de Dieu. Cependant il gardera, dans sa grandeur divine, une nature infirme, asservie à la douleur et à la mort. » (P. Henri Louis Rémy Didon, 1840-1900)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à rester fidèles aux promesses de notre baptême.


Les Noces de Cana

« Le vin venant à manquer, la Mère de Jésus lui dit : "Ils n'ont plus de vin." » (Jn 2,3)

« Considérons l'amour respectueux de Marie à l’égard du Christ. Dans l’amour respectueux que nous avons envers Dieu, il nous faut simplement Lui présenter notre indigence, suivant ce verset : Seigneur, tout mon désir est devant toi. De quelle manière Dieu nous viendra en aide, il ne nous appartient pas de chercher à le savoir, car nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières. C’est pourquoi la Mère de Jésus présenta uniquement au Christ l’indigence des autres en disant: Ils n'ont plus de vin. » (Saint Thomas d'Aquin, 1225-1274).

« À Cana le vin des noces tenu en réserve depuis longtemps vint à manquer… Jésus était à table auprès de sa mère. Prévenue la première, compatissante, assurée qu’il partageait son sentiment, Marie lui dit simplement "Ils n’ont plus de vin". C’était la plus délicate des prières, à peine une suggestion, pas même l’expression d’un désir… Jésus fait remarquer à sa mère qu’ils ne doivent ni lui, ni elle, intervenir dans cette affaire. Cependant Marie interprétant sans doute le regard plus que les paroles dit aux serviteurs "Quoiqu’il vous dise, faites-le." » (Père Marie-Joseph Lagrange, 1855-1938)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à être toujours attentifs aux besoins de ceux qui nous entourent.


L’Annonce du Royaume

« Jésus cheminait par ville et village, proclamant et annonçant la bonne nouvelle. » (Lc 8,1)

« Dans les prédications et les exhortations, emploie un langage simple, celui d’un entretien familier. Parle de telle sorte que tes paroles apparaissent bien comme ne venant pas d’un esprit orgueilleux ou irrité mais plutôt de la tendresse d’une charité et d’une bonté paternelle. Sois pareil à un père qui s’afflige de voir ses enfants gravement coupables… il essaie de les ramener, de les délivrer, il veut les caresser comme une mère, comme quelqu’un qui se réjouit de voir leurs progrès et pouvoir espérer pour eux la gloire du paradis. » (Saint Vincent Ferrier, 1350-1419)

« Les hommes se sont soumis au Christ avec un désir véhément et une dévotion extrême, après avoir entendu ses paroles de vie éternelle et avoir vu ses miracles admirables. Beaucoup aussi sont morts pour sa gloire, mus par la violence de son amour; car elles sont douces et efficaces les paroles de notre Sauveur, et tous on "afflué" pour l'écouter avec une délectation extrême. Ses paroles étaient douces, attractives et suprêmement efficaces, étant pleines d'inspiration divine et du feu de l'Esprit Saint. » (Frère Bartolomé de Las Casas, 1484-1566)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à être d’ardents prédicateurs de l’Évangile.


La Transfiguration

« Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. » (Mc 9,2)

« Ayez donc les yeux fixés sur Jésus, qui donne la foi et qui la maintient,... Que lui-même, le Dieu d’amour et de paix, pacifie vos cœurs et hâte votre voyage, qu’il vous cache dans le secret de sa face, loin des intrigues des hommes ; et cela, jusqu’à ce qu’il vous introduise et vous fasse prendre racine dans cette plénitude où nous résiderez éternellement, dans la beauté et la paix, les tentes de la sécurité et le repos de l’abondance. » (Saint Raymond de Penyafort, 1175-1275)

« Six jours après la confession de foi de Pierre, se passa une scène extraordinaire qui n'a rien de parallèle dans la vie de Jésus, si la prière de Gethsémani n'en était comme l'antithèse; dans les deux cas Jésus prend Pierre Jacques et Jean pour prier avec eux à l'écart; dans les deux cas les disciples sont engourdis par le sommeil, dans les deux cas Jésus reçoit une visite d'en haut. Mais la transfiguration est un gage certain de la gloire de Jésus, la scène de Gethsémani le montre au point où il s'abaisse le plus. » (Père Marie-Joseph Lagrange, 1855-1938)

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à contempler le Christ transfiguré.


L’institution de l’Eucharistie

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » (Jn 6,54)

« La sagesse éternelle, pour s’approcher de plus près des hommes et leur témoigner plus sensiblement son amour, est allée jusqu’à se faire homme... Voulant d’un côté montrer son amour pour l’homme jusqu’à mourir en sa place afin de le sauver, et ne pouvant de l’autre se résoudre à quitter l’homme, elle trouve un secret admirable pour mourir et pour vivre tout à la fois, et demeurer avec l’homme jusqu’à la fin des siècles : c’est l’invention amoureuse de l’Eucharistie ; et pour venir à bout de contenter son amour en ce mystère, elle ne fait point difficulté de changer et renverser toute la nature. » (Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, 1673-1716)

« La divine eucharistie est un feu consumant, capable d'embraser les cœurs les plus tièdes. Se sent-on rempli de faiblesses et d'imperfections? Qu’on ait recours à la sainte communion; c'est le pain des forts, le lait des faibles, le remède des malades, l'énergie du voyageur qui gravit les sentiers de la perfection jusqu'à la montagne de Dieu. Éprouve-t-on trop d'attachement à soi-même et aux choses de ce monde? L’Eucharistie nous inspirera un grand détachement et un désir toujours croissant de la vie éternelle. » (Bienheureux Hyacinthe-Marie Cormier, 1832-1916).

Notre-Dame du Rosaire, apprenez-nous à toujours avoir faim du Pain de Vie donné pour le Salut du monde.


Dans un même esprit : Les Mystères Joyeux, Les Mystères Douloureux et Les Mystères Glorieux

 

Category:
Français