L'annonce du Royaume de Dieu, un Royaume universel

Nous sommes étonnés par la quantité de milieux et d’endroits où Jésus annonce le Royaume. Nous le voyons prêchant à Jérusalem et dans des villages très éloignés, dans le Temple, dans les synagogues ou dans des maisons, dans la plaine, aux bords du lac et sur les montagnes, quand la foule prie, travaille, fait la fête ou mange. Après la Pentecôte, ses disciples transmettront l’annonce à toutes les cultures. Le Royaume de Dieu n’a pas de frontières. Il est destiné à tous : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme » (Ga 3, 28), dira plus tard saint Paul.

En maintes occasions, Jésus accompagne ses prédications de guérisons. C’est une forme claire de dire que le Royaume de Dieu n’est pas qu’une jolie idée ni une utopie, mais quelque chose de très réel : « Les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres » (Mt 11, 5/ Lc 7, 22). Quand nous vivons l’Évangile, nos souffrances et nos tristesses passent au second plan.

Nous ne vivrons la plénitude du Royaume que lorsque nous jouirons de l’autre vie ; mais c’est une expérience que, me semble-t-il, beaucoup d’entre nous connaissons déjà sous une forme imparfaite. Quand l’Évangile est prioritaire dans notre famille, dans notre communauté, dans notre lieu de travail ou dans notre groupe d’amis, un bonheur très pur s’empare de nous, malgré les manques et les douleurs que nous sommes en train d’endurer. Alors, en ces moments-là, nous pouvons témoigner que le Royaume de Dieu est parmi nous (cf. Lc 17, 21). Ce n’est pas le fruit de notre imagination ; c’est quelque chose de très réel.

Nous tous, nous sommes capables d’expérimenter le Royaume de Dieu, tous, ici et maintenant. Seulement, il faut que nous vivions intérieurement de l’Évangile prêché par Jésus et que nous le partagions avec le prochain. Il nous faut placer les valeurs évangéliques avant nos caprices. Quand nous faisons cela, nous vivons le bonheur du Royaume ; nous ne pouvons pas manquer de rendre témoignage et de proclamer ce que nous sommes en train de vivre. Nous ne pouvons pas garder cela pour nous, nous devons le partager.

Qui que nous soyons et où que nous soyons, Jésus nous invite toujours à collaborer à la construction du Royaume. Ceci est la vocation fondamentale de tout chrétien ; c’est même la vocation fondamentale de tout être humain. Tous, nous sommes appelés à participer pleinement au bonheur du Royaume de Dieu, un Royaume qui n’a pas de frontières.

Category:
Français