Fatima et le charisme dominicain

Un texte des moniales dominicaines du Rosaire perpétuel - Monastère Pie XII - Fatima

En tant que religieuses dominicaines vivant à Fatima, nous réalisons toujours plus la relation profonde qui existe entre le charisme dominicain et le Message de Fatima. Cette relation se manifeste de deux façons.


Tout d'abord, il y a les signes les plus visibles de cette relation. Par exemple, dans la basilique de Notre-Dame du Rosaire, à gauche de l'autel principal, se trouve une statue de saint Dominique, le fondateur de l'Ordre des Prêcheurs. Au-dessus de l'entrée principale de cette même basilique se trouve la grande statue en marbre du Cœur immaculé de Marie sculptée par le P. Thomas McGlynn, o.p. (1906-1977) qui était fils de la Province de Saint Joseph (États-Unis). Elle accueille tous les pèlerins à Fatima. Par ailleurs, il y a aussi des statues commémoratives en l'honneur du pape Pie XII et de Saint-Louis Marie Grignion de Montfort, tous deux profès dominicains. Enfin, il y a la présence vivante de toutes les branches de la famille spirituelle dominicaine : frères, moniales, sœurs et laïcs présents dans leurs couvents et maisons autour du sanctuaire.

La seconde relation entre Fatima et l'Ordre des Prêcheurs est cette connexion enracinée dans la finalité fondamentale de l'Ordre dominicain : prêcher la Vérité de l'Évangile (évangélisation) pour le salut des âmes. Parallèlement, les appels de Marie pour la prière du Saint Rosaire tissent un lien fort avec l'Ordre.


L'évangélisation et le salut des âmes

« Si l'Église a accepté le message de Fatima, c'est surtout parce que ce message contient "une vérité et un appel" dont le contenu de base est "la vérité et l'appel de l'Évangile" lui-même. » (Saint pape Jean-Paul II, 13 mai 1982 à Fatima). Dans son livre Le Message de Fatima, Sr Lucie écrit: « Le Message est la révélation de Dieu présent dans le monde au milieu des hommes et des femmes, et en particulier en chacun de nous. Ce n'est pas quelque chose de nouveau... Le Message est plutôt une nouvelle lumière qui brille au milieu des ténèbres de l'athéisme, de sorte que cela ne pourra pas éteindre la lumière de la foi qui brille encore dans le cœur des élus, de sorte qu'en la suivant, ils peuvent rencontrer Jésus-Christ... Ainsi, quand le temps, l'année et l'heure choisis par Dieu sont venus, il nous a envoyé sa Messagère céleste, sur cette terre dont elle était la Maîtresse, la Reine, la Mère et le Patronne afin d'établir son autel en ce lieu, et de là, évangéliser le monde entier... »

Dès la première apparition, Notre-Dame a demandé aux Petits Bergers s'ils acceptaient de « prier et de se sacrifier pour les pauvres pécheurs ». Ils ont dit oui, et ont donc été bénis avec un désir de salut des âmes. Ils sont devenus ainsi de fervents jeunes missionnaires pour le monde entier, même s'ils n'ont jamais quitté leur terre natale ! La bienheureuse Jacinthe en particulier, après la vision de l'enfer (le 13 juillet 1917) répétait souvent dans les larmes : « Pauvres pécheurs ! Nous devons prier et faire beaucoup de sacrifices pour eux ! »

Saint Dominique, nous le savons, pleurait et priait: "Seigneur, que vont devenir les pécheurs?" "Le bienheureux Dominique avait une grande et ardente soif du salut des âmes, pour lesquelles il était un apôtre inégalé. Il s'est livré à la prédication avec une grande ferveur, et il a exhorté et obligé ses frères à annoncer la Parole de Dieu de jour comme de nuit, dans les églises et dans les maisons, dans les champs et sur les chemins, en d'autres termes, partout pour parler seulement de Dieu." (Lettre à l'Ordre, Avent 2008)


Le Saint Rosaire

Tout au long de l'histoire de l'Ordre Dominicain, le Rosaire a été prêché comme une méthode de prière, un instrument d'évangélisation et un moyen de sanctification personnelle et familiale. En temps de crise, les prédicateurs dominicains itinérants ont réagi avec un grand zèle en priant et en prêchant le Rosaire. Parmi beaucoup d'autres papes, saint Jean-Paul II a déclaré : « L'histoire du Rosaire montre comment cette prière a été utilisée en particulier par les Dominicains à un moment difficile pour l'Église en raison de la propagation de l'hérésie. » (RVM N°17)


Pour les dominicains, l'évangélisation est étroitement associée au Rosaire puisque le Rosaire n'est pas seulement un résumé de l'Evangile, "c'est un évangile en action: un programme évangélique populaire de foi, de morale et de piété chrétienne. C'est en même temps une révélation constante du Cœur du Christ et du Cœur de sa divine Mère. Car le Rosaire propose sans cesse pour la commémoration amoureuse des âmes les grandes réalisations de leur amour, que sont les mystères de la Rédemption. Sans aucun doute, c'est la raison d'être de Fatima, car Notre Dame connaît très bien la théologie de son Rosaire et de son Cœur. » (Fr. Marceliano Llameras, o.p.) En peu de mots : «Le Rosaire, c'est l'Évangile avec Marie!»

En résumé, nous pouvons dire que Fatima est comme la lampe d'un phare qui envoie un clair faisceau directement sur un objet. À Fatima, la lumière est la « lampe inextinguible » du Cœur Immaculé de Marie qui éclaire magnifiquement l'Évangile de son Divin Fils, et apportant grâce, miséricorde et espoir éternel pour tous. "La dévotion mariale de saint Dominique était inséparable de son zèle apostolique". La lumière de Marie a brillé à travers Dominique, faisant de lui la véritable lumière du Christ dans l'Église - Lumen Ecclesiae !

Pensées
Français